Bactéries suicidaires : Une évolution dans le traitement du cancer et des infections

Publié le 04/23/2024
مدونة ذكاء


Des chercheurs ont découvert un mécanisme surprenant chez certaines bactéries pathogènes : elles se sacrifient en explosant pour libérer des toxines mortelles, ce qui aide la propagation de l'infection.

Selon une étude du Max Planck Institute menée par Stefan Raunser, une petite fraction de bactéries Yersinia (responsables de la peste et de la tuberculose) se transforment en "cellules soldats" remplies de toxines Tc. Elles éclatent pour attaquer les hôtes.

"C'est un comportement altruiste remarquable, presque eusocial, où certaines bactéries se sacrifient pour le bien de la population". Ce mécanisme de sécrétion des toxines est contrôlé par un système sensible au pH.

À l'Université de Californie, la bactérie Salmonella a été modifiée génétiquement pour produire des agents anticancéreux et s'autodétruire dans les tumeurs . Cette approche a réduit leur taille chez la souris lorsqu'elle a été combinée à la chimiothérapie, ouvrant de nouvelles perspectives thérapeutiques pour les infections.

Le Dr. Jeffrey Haskins affirme que l'utilisation de bactéries kamikazes pour administrer des médicaments directement aux tumeurs est une stratégie innovante contre le cancer.

D'autres applications sont le développement de nouveaux antibiotiques ciblant les cellules de défense ou l'utilisation de bactériophages modifiés en phagothérapie .

Ces découvertes sur le suicide bactérien révolutionneront probablement les traitements contre les infections résistantes et les cancers. De nouvelles études exploreront ces possibilités intéressantes.